Restez à l’écoute de notre actualité

Les complications de la FIV

Cet article n’a absolument pas pour but de vous paniquer ou de vous découragez de vous lancer dans votre parcours PMA. Cependant il est important de rappeler les risques et complications qui peuvent survenir lors de ces parcours notamment en Fécondation In Vitro (FIV). Rassurez-vous, ces risques sont rares mais ils restent néanmoins réels.

business woman
  • FIV définition

La fécondation in vitro ou FIV est une technique de procréation assistée qui consiste à pratiquer une fécondation, c’est-à-dire une rencontre des spermatozoïdes et de l’ovule en laboratoire, in vitro, donc en dehors du corps de la femme.

 

  • FIV risques

Hyperstimulation ovarienne : L’hyperstimulation ovarienne en vue d’une fécondation in vitro est un risque de complication rare mais la plus fréquente dans sa forme légère. Elle se traduit par une réponse ovarienne excessive. Son niveau est variable et peut aller d’un stade minime à un stade sévère, nécessitant dans ce dernier cas, une hospitalisation.

 

Grossesse extra-utérine : Bien que dans le cadre de la fécondation in vitro, le risque de grossesse extra utérine (GEU) n’augmente pas, cette complication est toutefois à prendre en considération lorsqu’une femme désire une grossesse par FIV. Nous avons tendance à penser injustement que lors d’une FIV, étant donné que les embryons sont transférés directement dans l’utérus, le risque de GEU est écarté. Or, dans certains cas, il a été constaté que l’embryon peut migrer et s’insérer dans les trompes.

 

Fausses couches : La fécondation in vitro présente des risques de fausse couche légèrement supérieurs à ceux d’une grossesse spontanée (12 % pour les grossesses spontanées contre 15-18% pour les grossesses FIV). Cependant, cette possible complication de la grossesse par FIV n’est pas nécessairement du fait de la technique employée, mais est plus généralement liée aux caractéristiques inhérentes à la patiente (âge, fatigue, stress etc.).

 

Torsion ovarienne : Une torsion ovarienne se traduit par une rotation totale ou partielle de l’ovaire sur le pédicule (élément de l’utérus qui relie les ovaires). De toutes les possibles complications d’une fécondation in vitro, il s’agit sans doute de la plus douloureuse et brutale. La douleur se situe au niveau du bas ventre et peut se ressentir jusqu’au niveau du rectum. La torsion ovarienne peut également s’accompagner de nausées et de vomissements. Il est impératif de consulter un médecin en urgence car la torsion finirait par bloquer la vascularisation de l’ovaire et pourrait finir par se nécroser. Une cœlioscopie est pratiquée en urgence.

 

Grossesses multiples : Il s’agit là de la principale possible complication d’une fécondation In Vitro. Dans le cadre d’une grossesse par FIV, les risques d’avoir des jumeaux (triplés, etc.) sont de l’ordre de 20 % contre 1 % pour les grossesses naturelles. Mais ce risque est parfaitement maitrisable par le choix du nombre d’embryons transférés : le plus souvent 1, parfois 2 mais plus jamais 3 ! Afin d’y faire face, la médecine actuelle propose de plus en plus souvent de procéder au transfert d’un embryon unique lors des premières tentatives, ou lorsqu’elle estime que les chances de la réussite de grossesse par FIV sont élevées. Le risque principal d’une grossesse gémellaire est le même que celui d’une grossesse gémellaire spontanée : le risque d’accouchement prématuré. Pour plus d’informations n’hésitez pas consultez notre article sur les grossesses multiples.

 

  • FIV ICSI risques

Tout d’abord qu’est-ce qu’une FIV « ICSI » : Le déroulement d’une ICSI est sensiblement le même que pour une FIV classique, à savoir une stimulation hormonale pour la patiente,  que l’on va débarrasser de leurs cellules pour ne garder que l’ovocyte mature, et un recueil de sperme pour le patient. Sous microscope, le biologiste va choisir un spermatozoïde mobile, le prélever avec une micropipette puis l’injecter dans le cytoplasme de l’ovocyte. Le lendemain, on va contrôler dans l’incubateur si une fécondation a été obtenue. L’embryon est ensuite laissé en culture quelques jours, généralement 5 jours, c’est ce que l’on appelle le stade blastocyte, puis on le transfert dans l’utérus de la patiente avec un fin cathéter et de manière écho-guidée », explique le Dre Julie Benard.

« Les risques de l’ICSI sont ceux liés à la stimulation hormonale pour la patiente (hyperstimulation ovarienne notamment), les risques inhérents à la ponction avec risque de saignement, d’infection ou de lésion des organes pelviens. Mais le risque majeur reste celui de l’échec. En revanche, il n’y a aucun risque pour l’homme », informe la spécialiste.

qu'est ce que la PMA

Les différents risques dépendent de la technique de PMA utilisée mais restent marginaux. Encore une fois cet article a simplement pour but de vous présenter ces risques afin que vous vous lanciez dans votre parcours en toute connaissance de cause.

par | 13 Déc 2021 | Non classé